top of page
Blason de la ville d'Orléans

Histoire d'Orléans, pas à pas

Année
suivante

Année
prédédente

A Orléans, Cette année là :

-52

  • César rase Cenabum : - 53 : Les Carnutes, sous les ordres de Cotuat et de Conétodun, hommes déterminés à tout, se jettent, à un signal donné, dans Genabum (Orléans), massacrent les citoyens romains qui s'y trouvaient pour affaires de commerce, entre autres C- Fusius Cita, estimable chevalier romain, que César avait mis à la tête des vivres, et ils pillent tous leurs biens. 

  • La nouvelle en parvient bientôt à toutes les cités de la Gaule ; car, dès qu'il arrive quelque chose de remarquable et d'intéressant, les Gaulois l'apprennent par des cris à travers les campagnes et d'un pays à l'autre. Ceux qui les entendent les transmettent aux plus proches comme on fit alors. En effet, la première veille n'était pas encore écoulée que les Arvernes savaient ce qui s'était passé à Genabum au lever du soleil, c'est-à-dire à cent soixante milles environ de chez eux.


  • - 52 : César établit son camp devant la place d'Orléans, mais l'approche de la nuit le force à remettre l'attaque au lendemain : il ordonne aux soldats de tenir prêt tout ce qu'il faut en pareil cas, et comme la ville de Genabum avait un pont sur la Loire, dans la crainte que les habitants ne s'échappent la nuit, il fait veiller deux légions sous les armes.

  • Les habitants avaient commencé à se fortifier, à réunir des provisions, à rallier dans la ville les milices des campagnes, mais le temps leur manqua pour s'organiser. Désespérant de soutenir l’assaut du lendemain, ils se résolurent à se retirer pendant la nuit sur la rive gauche de la Loire, en coupant le pont derrière eux. La profondeur du fleuve, les neiges et les glaçons étaient un rempart suffisant contre la poursuite de l’ennemi.

  • Vers minuit, les habitants sortirent en silence, et se mirent à traverser le fleuve. Mais à peine les premiers avaient-ils touché l’autre bord, que César, averti par les vedettes, fit sonner l’assaut ; Les légions s’approchèrent des portes, les rompirent à coup de hache ou les brûlèrent, et se précipitèrent dans la ville. Les maisons furent pillées et réduites en cendres ; des flots de sang gaulois lavèrent le meurtre de Fusius Cita et des marchands romains, et les rescapés furent traînés le lendemain, garrotté, parmi les bagages et les bêtes de somme.

  • Au départ de César, Caius Trebonius et deux légions romaines sont installées pour administrer la ville en ruine, qui est rattachée à la province de la Gaule lyonnaise.

Cette année là, en d'autres lieux :

Le chef gaulois Vercingétorix se rend aux Romains devant Alésia.

bottom of page